10è commandement : Sois le moins intrusif possible

La saison apicole est rythmée par une série de « visites » de la colonie pour s’assurer du bon développement de la colonie et de sa bonne santé … mais chaque visite est de fait, une intrusion dans l’habitat de nos abeilles.  Pour visiter la ruche, on enlève le toit et on sort de l’habitat les constructions des abeilles … imaginez qu’on sorte votre chambre de votre maison pour l’examiner et pour examiner si vous allez-bien.  C’est l’horreur me direz-vous.
C’est effectivement très intrusif.

Toute visite est d’abord source d’un choc thermique ± important selon la température extérieure : le thermostat de l’habitat de la colonie est réglé à 32-34°c par les abeilles et les visites se font par température extérieure comprise entre 18 et 28° dans nos climats.
Faites le calcul ! 

Sortir les cadres pour les examiner, c’est aussi causer quelques dégâts aux constructions des abeilles et quelques dégâts aux abeilles elles-mêmes.  Il faudra quelques jours à la colonie pour s’en remettre. 

L’apiculteur doit donc se poser la question d’une pratique apicole aussi peu intrusive que possible pour respecter le super-organisme que constitue une colonie d’abeilles.  Réduire le nombre de visites au strict nécessaire plutôt que les multiplier pour satisfaire sa curiosité ou calmer ses inquiétudes est une première et sage décision.
Etre calme et précis dans ses gestes tout en étant rapide pour réduire le temps de la visite fait partie de l’équation.   Quelques astuces enfin réduiront le caractère intrusif de chaque visite.

En apiculture, certains vous diront qu’ils programment de 3 à 5 visites annuelles alors que  d’autres n’hésiteront pas à en programmer de 3 à 4 fois plus.

Des questions . n’hésitez pas à m’appeler.

Georges – 0475 89 43 87 10è